Intervention pour le maintien de tous les trajets sur les lignes 2, 3, 25 et 27

Monsieur le Bourgmestre,
Chers collègues,

Nous avons appris il y a dix jours que l’offre de de bus desservant le territoire communal allait être diminuée, soit par l'allongement des fréquences de passage entre les bus, soit par la suppression pure et simple du trajet. Ce sera le cas du premier bus de la ligne 3 qui part à  3h51 au départ de Liège pour Jemeppe, du premier bus de la ligne 2 de 4h30 au départ de Jemeppe pour Seraing et Boncelles,  du dernier bus de la ligne 2 de 23h42 qui quitte Liège pour la gare routière de Jemeppe et du bus 27 de 23h42 qui quitte Jemeppe pour Seraing. La fréquence de la ligne 25 sera diminuée. Le dimanche, la fréquence entre les bus passera de 21 à 26 minutes. Et en soirée, pour tous les jours de la semaine, la fréquence passera de 30 à 40 minutes.

Nous avons déjà évoqué plusieurs fois l'importance des transports en commun pour notre ville dans ce conseil. C'est une préoccupation que nous sommes nombreux à partager comme en témoignent le Proxibus de la TEC, lancé à l'initiative de la Ville ou la volonté affichée de rouvrir la ligne 125a, pour encourager la mobilité entre Liège, Ougrée, Seraing et Flémalle.

La mobilité est importante. Et les transports en commun public jouent un rôle essentiel.

Pour plusieurs raisons.

Premièrement, leur utilité sociale : elle permet à toutes et tous de se déplacer à divers moments du matin, du jour, du soir et parfois même la nuit, pour des activités aussi diverses que le travail, l'école, les soins de santé, les visites aux amis et à la famille, les loisirs, le sport, les sorties.  

Deuxièmement, la notion de service à la population. Les TEC sont un service public dont l'objectif n'est pas de faire du profit mais de rendre service à la population. C'est la nature même des TEC. C'est pour cela qu'ils existent.

Troisièmement, les questions environnementales :  les transports en commun publics sont par définition moins polluants car ils permettent de transporter des gens qui n'utilisent pas leur voiture et, spécifiquement aux heures visées par les mesures, de les transporter jusqu'à la gare afin de prendre un train qui aura une empreinte écologique plus favorable qu'un trajet individuel en voiture.

Quatrièmement, des questions de sécurité :  les transports en commun publics, certainement ceux qui desservent en soirée ou la nuit, à partir de Liège, les communes de la périphérie, sont la garantie pour nos jeunes qu'ils peuvent sortir en ville pour aller boire un verre, aller au cinéma ou passer la soirée et une partie de la nuit à faire la fête sans le danger de prendre la voiture.

Cinquièmement, une nécessité absolue pour ceux qui n’ont pas de véhicules individuels : c'est aussi la garantie que ceux qui n'ont pas de voiture pourront circuler, travailler tôt, rentrer tard du travail ou sortir le soir, sans se soucier de dépenser des milliers d'euros pour un véhicule personnel. Ce point est d'autant plus important que le nombre de véhicules par habitants est proportionnellement moindre à Seraing que par rapport au reste de la Wallonie (32 738 véhicules immatriculés pour 63 972 habitants à Seraing contre 2 241 786 véhicules pour 3 585 214  habitants en Wallonie). Soit 1 véhicule pour deux à Seraing contre 1,4 véhicule pour 2 dans le reste de la Wallonie.

Enfin, l’emploi :  le maintien des lignes existantes garantit aussi le maintien de l'emploi pour les chauffeurs concernés. A l'heure où notre région connaît un taux de chômage très important, c'est évidemment non négligeable.

Pour ces raisons, nous avons décidé de porter, ensemble avec le CDH, une motion que nous soumettons au vote pour alerter les autorités concernées et pour demander au conseil d'administration des TEC d'abandonner les projets de diminution d'offre qui sont envisagés.

Je vous remercie.
Damien Robert